Accueil
  • Rechercher
  • Interview
  • Articles
  • Organisme
  • Devis formation
 

Réforme de la formation : quels impacts pour les responsables formation ?

impact-réforme-formation-pro

Le paysage de la formation en France va changer de manière significative au 1er janvier 2019, date à laquelle la réforme entrera en vigueur. Quelles seront les conséquences sur les missions et les rôles du responsable formation, et comment peut-il s’adapter à ces changements ? Les réponses avec Vincent Chevillot, directeur du Groupe GERESO.

Quels sont les grands points de la réforme ?

Il s’agit d’une réforme globale qui va transformer en profondeur le paysage de la formation professionnelle en France et particulièrement sa gouvernance avec la création d’une institution nationale publique, France Compétences, qui sera en charge de réguler la qualité des formations, veiller à la transparence des coûts et des règles de prise en charge, assurer la répartition des fonds collectés et administrer le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) ainsi que le Répertoire Spécifique des Certifications et Habilitations (RSCH) qui se substituera à l’inventaire.

Les OPCA-OCTA deviendront des opérateurs de compétences (OpCo) regroupés par grands secteurs économiques. Leur nombre devrait se restreindre, pour atteindre une dizaine d’opérateurs.

Parmi les autres nouveautés : monétisation du Compte Personnel de Formation (CPF), disparition du Congé Individuel de Formation (CIF) au profit du CPF de transition, alignement du contrat d’apprentissage sur le contrat de professionnalisation avec un système de financement au contrat…

Les entreprises sont-elles prêtes ?

La loi a été promulguée le 5 septembre 2018, mais sur les 70 décrets attendus, à l’heure actuelle, moins de la moitié a été publiée. La très grande majorité devrait paraître d’ici la fin de l’année. Les responsables formation doivent rester en veille. Il est important de suivre les évolutions au fur et à mesure, en se disant qu’on sait qu’il y aura peut-être des ajustements mais que l’on connait désormais les grands principes.

Qu’est-ce qui change côté financement ?

On peut considérer que l’on passe d’une contribution formation à une taxe. Il n’y aura pas d’augmentation dans ce que payaient les entreprises. Le total restera à 1,68 % de leur masse salariale (pour les entreprises de plus de 10 salariés), mais les fonds ne reviendront plus vers elles (en dehors de l’alternance). Et parce que 2019 devrait être une année de transition, elles vont peut-être subir une double taxe, puisqu’elles paieront comme d’habitude en février au titre de l’année passée, mais il y aura probablement en plus une nouvelle contribution à l’automne 2019. Les responsables formation vont devoir aller expliquer à  leur Direction et leur DAF qu’ils ne paieront pas plus, mais que cela demande une anticipation au niveau comptable.

La définition de l’action formation évolue aussi…

Oui, elle se définit désormais comme un parcours pédagogique permettant l’atteinte d’un objectif professionnel. Elle peut être réalisée tout ou en partie à distance, et aussi en situation de travail. Cette nouvelle définition laisse un plus grand espace de liberté aux responsables formation. D’ailleurs, le plan de formation a été renommé « plan de développement des compétences » car les actions de formation sont considérées comme un moyen au service d’une finalité : la montée en compétences des salariés. Le responsable formation a donc carte blanche pour imaginer des actions de formation innovantes. Il va pouvoir adopter les meilleures dispositifs ou méthodes pédagogiques en fonction des contraintes de temps, de lieu et de coût, du type de compétences à acquérir, et du public à former.

Qu’en est-il du CPF ?

Il évolue et permet aux salariés de choisir et financer directement une formation éligible grâce à une application mobile. Il y a un aspect en particulier qui devrait intéresser les responsables formations : signer un accord d’entreprise qui pourra prévoir des abondements dans le cadre d’un projet commun. Le projet de formation sera alors co-construit entre l’entreprise et l’individu, afin de partager la responsabilité de l’employabilité et obtenir des financements supplémentaires.

Avez-vous un conseil à donner aux responsables formation ?

Leur rôle va changer : ils vont devoir passer d’une logique administrative (recenser et organiser les formations) à un rôle de stratège (anticiper les mutations des métiers et les besoins en compétences). Leur vraie valeur ajoutée sera là ! Mais pour cela, ils vont devoir rencontrer les acteurs de la branche pour prévoir les évolutions « métier », rencontrer leurs collègues managers et RH afin d’anticiper les besoins de compétences de demain. Ils devront également informer les salariés, leurs collègues RH, les instances représentatives du personnel, leur DAF sur les enjeux et les implications de cette réforme… Enfin, l’assouplissement de la définition de l’action de formation devrait leur permettre de déployer des actions de formation innovantes en mixant les formats d’apprentissage et en intégrant la certification des compétences.

Se préparer à la réforme avec Gereso


À LA RECHERCHE D'UNE FORMATION ?

Nous vous orientons vers la formation idéale !

OBTENEZ UN DEVIS

 
Nos interview exclusives

 
Appel d'offres

 
Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Suivre Topformation.fr sur Twitter         Suivre Topformation.fr sur Google Plus         Suivre Topformation.fr sur Facebook         Suivre Topformation.fr sur LinkedIn